Publié depuis Overblog

Publié par bloncourt

 

 

 

 

Un pas

en avant

Deux pas en arrière !

La vie arrive

comme un train

d’autrefois…

Haletant ! Fumant !

Sur les quais

des personnages de bronze

marquent à la fois

Paris et ses mystères …

 

Je revendique

l’autrefois

De nos rêves

Je respire

à plein poumons

quelques miettes

d’espoir

et je ris !...

avec toi

avec vous

 

Parmi les loups

et les trappeurs…

Paris comme toujours

Paris d’exil

Paris de créateurs

de peintres

et de chanteurs

Paris d’une heure

qu’on avance ou retarde

 

Paris de toi

Paris de moi

Paris jour après jour

à l’aube de demain

à l’heure du jamais…

----------------------------------------------------------------

Nous sommes le 28 octobre 2014-10-28 Il est 13 h 30

Nous sommes au Rallye…

Dans le 11e

En pensant à vous « amis » et « amies » de face-book ou d’e-mail…

Qui détenez les secrets du présent…

 

*****************************

 

SOLILOQUE ÉPHÉMÈRE...
------------------------------------
Je me balade dans la ville
Je recopie la vie
Telle que je la vois

Sans tricher
Sans façon
Sans remords
Je mets’ bout à bout
tout ce que je perçois
de palpable
d’inéluctable
d’imparable
Tout ce qui goutte à goutte
pas à pas
fait de moi
un autre qui regarde
qui voit
qui traine
et qui s’oublie
dans le long cheminement
des êtres
qui coudoient l’instant
qui ne reviendra plus
Je ne crée rien
J’enregistre
Je recopie
J’amasse
Je passe…

---------------------------------
©Gérald Bloncourt
Paris 17 novembre 2014

*****************************

Je suis

Tu es

Il est

Nous sommes

Vous êtes

Ils sont

 

Conjugaison qui fait de nous

des hommes,

des femmes,

des enfants,

en un mot des êtres

à envergure

de l’espèce humaine

qui va

qui vient

qui crée

ou démolit…

 

Un jour est venu

où je suis né

 

Un jour viendra où

 je ne serai plus…

 

Tout va

Tout vient

Même la certitude

des doutes

 

Je suis là

Avec toi

Tu es là

des fois sans moi

 et parfois sans

émoi…

 

 

Je vais

Je viens…

Dans la solitude des espérances

Je crois en Toi

Tu crois en moi

Nous croyons au Monde meilleur

De nos rêves d’enfants

 

Nous croyons

Au jour qui se lève

Dans un bruissements

De sourires…

 

Bonjour à toutes et à tous

De par ce Monde

Vaste et petit

Mesquin et ouvert…

 

Saluons les contradictions définit

par Marx, Engels et compagnie…

 

Suivons la corde qui mène au sommet

De l’Infini…

Estein est à bord..
Voguons chacun

A notre guise…

Donnons nous la main…
----------------------------

 

Gérald Bloncourt – 24 Nov 2014

Écris sur la nappe en papier, ce midi,

au café Le Rallye, à Paris…

 

 

*****************************

 

La photographie est magique ! un clic et voilà en un fraction de seconde une image, un instant qui ne partira plus…. Un moyen de communication visuel entre les Hommes (avec et ne l’oubliez pas, une grand F !!!...) Grâce à Internet, elle voyage autour du monde… Elle s’offre à des regards innombrables qui s’y arrêtent, la parcourent,, la décortiquent,, l’enregistre, ou la rejette…  Je suis violoniste ou forgeron, je caresse ou je cogne… Nous sommes innombrables à verser dans ce fleuvenos émotions, nos colères, nos tendresses…

Nous sommes en pleine civilisation de l’image… Jamais à un tel point il n'a été donné

aux hommes de voir

à travers les époques

à travers l'univers

à travers les consciences.

Edition

Cinéma

Presse

Télévision

toutes les fenêtres sont ouvertes...

Connaître, faire connaître, apprendre,

savoir, vérifier, sentir, bouleverser...

 

Écrivains, peintres, poètes, photographes,

musiciens, cosmonautes, femmes et hommes,

chacun est à son poste pour le bien ou

pour le pire. Chacun est responsable

pour faire l'amour ou faire la haine...

 

Toute mon œuvre, tout mon travail,

tout le feu de ma vie, toute ma

violence, je les ai mis dans une direction

à laquelle je n'ai jamais failli.

Dans cet Homme et dans son devenir.

Dans ses luttes, ses souffrances,

ses petites joies, modestes, pures,

ces morceaux de sourire

qu'on rencontre au coin des taudis,

ces mains calleuses, émouvantes...

 

J'ai copié les milliers de visages

de toutes les races, de toutes les joies

de toutes les peines.

Des dockers du Havre, aux mineurs de Trieux,

de la Finlande à la Côte d'Azur,

du métro aux gosses de mon quartier,

de Moscou au Caucase des légendes,

du métallo de Léningrad

au Maître tapissier Lurçat,

de l'exposition d'Arcueil

au thème plus complexe

sur la pollution des eaux...

 

J'ai pris parti

Je ne suis pas un marchand de photographies

Je suis un franc-tireur de l'image

au service de mon art et de ma création...

 

                           Gérald BLONCOURT

                                                        1950

 

 

*****************************

JE PIOCHE AU HASARD, DANS MES ARCHIVES....

Je suis étonné d'avoir couvert tant de sujets... J'ai recopié des milliers de choses... objets... situations... expressions... métiers... joies... colères...émotions... tout ce qui bouge... tous ce qui ... Rires, tristesse, pleurs, étonnements, tout ce qui vit, s'installe, demeure, meurt, renaît, va, vient... J'arrête votre attention, vous énerve, vous charme, vous ennuie, vous apprend, vous dis, vous redis, vous lasse... je pioche comme un mineur de fond... dans mes souvenirs... dans la mémoire... dans le temps.... Je voudrais vous offrir des fleurs... des roses, des bleuets, des myosotis, des trèfles, carreaux, piques, coeur, oui du coeur, de l'amitié, de la fraternité, de la Liberté.... des petits moments de bonheur... de l'espoir en vrac, en paquet, en bouquet... je voudrais vous offrir des "lendemains qui chantent"... des certitudes en la fraternité des hommes... en l'intelligence des femmes... en une Terre radieuse, pacifiée, sauvegardée...

PARIS – 14 MAI 2015

Gérald BLONCOURT

————————————————————     

 

J’ai rendez-vous avec vous

Madame qui terminez toute chose

Lue vue ou entendue

Madame dont les trois lettres de votre nom

Assurent à chacun qu’il ne lira ne verra ou n’entendra

Plus rien

J’ai rendez-vous avec vous

Mais je ne connais ni l’heure ni le jour ni le lieu

Où nous devrons nous rencontrer

Madame FIN je ne connais rien de votre grâce

De votre silhouette

De votre éternité

J’imagine votre calme

Votre immobilité

Votre éternité

J’ai rendez-vous avec vous

Vous êtes déjà sur la dernière page du roman de ma vie

Sur cette page blanche des derniers moments :

FIN

©érald Bloncourt

2015

 

*****************************

Je ne crois ni en Dieu ni en Diable

je crois en ce que je vois

ce que j’entends

ce que je touche

Je crois en la sincérité

en l’amitié

Je cois en la Liberté

en l’Egalité

et la Fraternité

Je crois en un Monde meilleur possible

En un devenir de progrès pour l’Humanité

toute entière

Je crois aux fleurs que je cueille et que j’offre

aux sourires qu’on me donne

à l’abnégation,

à la tolérance

Je crois au respect

à la modestie

à l’amour de mon prochain

à l’espoir d’un Monde en Paix

à la certitude de la franchise

de l’honnêteté

Je crois à l’Infini, à l’Espace,

aux étoiles

Je crois en Toi, en Lui, en Elle,

qui nous donnons la main

pour vivre

sans haine

sans violences inutiles

dans la Paix retrouvée…

 

Gérald Bloncourt

Paris 20 janvier 2015

15h07

 

 

*****************************

 

Je suis

Tu es

Il est

Nous sommes

Vous êtes

Ils sont

Des multitudes, dont je suis

Dont tu es

Dont il est

Dont nous sommes

Dont vous êtes

Dont ils sont

Je suis des foules solidaires

Tu es aussi ceux-là

Il est à nos côtés

Vous êtes tous présents

Nous nous  nous donnons la main

Ils sont aussi des nôtres

Je suis à l’instant parmi vous

L’instant est solennel

 

Notre Monde est en péril

Faisons la chaîne

Passons de main en main

Notre rêve d’espoir

D’un Monde

Où chacun verra en l’autre

Son frère

Où tout refleurira

Où nous conjuguerons

L’amour

Et le bonheur…

 

———————————

Gérald Bloncourt

16 avril2015